En novembre 2017, deux Siciliens embarquaient à bord de l’Aquarius, avec pour seul matériel quelques feuilles, des crayons et un appareil photo. Marco Rizzo, journaliste et scénariste, et son compagnon de plume Lelio Bonaccorso, dessinateur et auteur de BD, allaient vivre l’une des expériences humaines les plus fortes de leur carrière, et livrer un ouvrage remarquable intitulé A bord de l’Aquarius, une bande dessinée sortie en français chez Futuropolis à la mi-janvier.

« Depuis plusieurs années en Italie, on parle de migrants et de secours en mer bien souvent à travers la propagande ou les fake news », explique Marco Rizzo.  « Je voulais faire ce que chaque journaliste devrait faire : voir avec mes propres yeux. En même temps, je voulais recueillir les histoires des migrants mais aussi celles des secouristes pendant une période cruciale où deux ‘mondes’ se croisent pour la première fois. »

La bande dessinée présente l’avantage de retracer avec précision et pédagogie toutes les étapes d’une mission à bord de l’Aquarius. Des préparatifs aux entraînements, des moments de convivialité à l’intensité des opérations de sauvetage, de la vie à bord jusqu’aux adieux sur le quai, rien n’échappe à l’acuité de Marco et de Lelio.

Si les deux auteurs donnent volontiers la parole aux équipes de SOS MEDITERRANEE en mer comme à terre et aux rescapés, les dessins trahissent les émotions des uns et des autres avec finesse. Des témoignages poignants, insoutenables qui décrivent l’enfer libyen que ces personnes ont cherché à fuir mais aussi la peur et tous les dangers affrontés en mer.

« A entendre ces histoires, on ressent une très vive émotion », continue Marco. « C’est très compliqué d’avoir les idées claires quand il faut raconter la douleur des autres. Une autre difficulté concerne le grand nombre d’histoires recueillies. Même si beaucoup d’entre elles malheureusement se ressemblent, en faire une sélection s’est révélé presque impossible ». Parmi ces histoires, celle de cette jeune femme érythréenne partie d’Asmara (Erythrée) enceinte, avec deux amies, pour rejoindre sa sœur en Allemagne, et retrouvée morte au fond d’un canot pneumatique. Celle d’un jeune homme subsaharien qui comme tant d’autres, a été kidnappé, enfermé dans des conditions inhumaines, vendu comme esclave puis poussé à la mer. Celle encore de ce fils de diplomate libyen qui, battu et dépouillé par l’une des milices qui sèment la terreur dans son pays, a perdu sa maison, son travail et s’est résigné à fuir.

A bord de l’Aquarius, ce sont toutes ces histoires personnelles, celles de près de 30 000 personnes secourues en 34 mois d’opérations, qui composent celle d’un navire qui a su s’imposer face à un autre naufrage, celui de l’Europe des droits de l’Homme.

A lire (et à voir) absolument !

L’ouvrage est disponible dans les librairies.