Les 630 naufragés de l’Aquarius débarquent à Valence après huit jours insoutenables en mer pour atteindre un port sûr

L’Aquarius, bateau de sauvetage humanitaire affrété par SOS MEDITERRANEE et opéré en partenariat avec Médecins Sans Frontières, est entré dimanche matin dans le port de Valence en Espagne – en convoi avec un navire des garde-côtes italiens et un navire de guerre italien – pour le débarquement des 630 personnes secourues en mer Méditerranée huit jours plus tôt.

Ces 630 hommes, femmes et enfants fuyaient un véritable calvaire en Libye. Poussés dans des canots pneumatiques par des trafiquants sans pitié, ils ont passé des heures angoissantes à la dérive, entassés sur ces embarcations fragiles avant d’être finalement secourus par l’Aquarius, par un navire marchand et par les unités de garde-côtes italiens, tous obéissant à la même loi non-négociable: la loi de la mer, qui oblige à porter assistance à toute personne en détresse en mer.

Huit jours après avoir fui l’enfer libyen, ces 630 rescapés sont enfin en sécurité à terre, en Espagne, grâce à l’Aquarius et à son équipage de marins professionnels, de sauveteurs volontaires et d’humanitaires.

Le courage et la résilience de ces 630 naufragés, le professionnalisme et l’humanité profonde de l’équipage de l’Aquarius doivent être salués, tout autant que le soutien extraordinaire que SOS MEDITERRANEE a reçu de la part de la société civile en Espagne et dans toute l’Europe.

L’Aquarius est devenu un symbole concret pour ceux qui, en Europe, placent les valeurs universelles du respect de la vie humaine, de la dignité et de la solidarité avant toute autre considération.

En cela, l’errance et les atermoiements dus à la fermeture des ports italiens, puis l’odyssée forcée, dangereuse et dégradante de l’Aquarius en Méditerranée doivent impérativement constituer un signal d’alerte pour les dirigeants européens. Il n’est pas tolérable pour l’Europe qu’une telle situation se répète.

L’inaction des États européens est criminelle : elle a fait plus de 13 000 morts en Méditerranée depuis 2014, alors que, face à la tragédie de Lampedusa en 2013, les dirigeants de l’UE s’étaient insurgés : “Plus jamais !”. L’Europe porte ces morts sur sa conscience.

Pour l’élaboration d’un nouveau modèle de sauvetage en Méditerranée

SOS MEDITERRANEE appelle une fois de plus tous les États membres de l’UE à prendre leurs responsabilités et à faire du sauvetage en mer une priorité de leur agenda politique. Ils doivent immédiatement coopérer afin d’élaborer un modèle européen de recherche et de sauvetage en Méditerranée :

  • les opérations de recherche et de sauvetage doivent être fondées sur le respect de la vie humaine avant toute autre considération, conformément au droit maritime international et au droit humanitaire ;

  • les personnes secourues en mer doivent être traitées avec dignité et humanité à bord des navires de sauvetage et recevoir tous les soins que leur état de vulnérabilité requiert jusqu’à ce qu’elles aient rejoint un port sûr ;

  • les autorités maritimes compétentes doivent être en mesure de respecter leurs obligations de coordination et d’optimisation des opérations de recherche et de sauvetage ;

  • un nombre suffisant de navires de sauvetage, avec les équipements et les personnels adéquats, doit être déployé en Méditerranée, afin de permettre une vaste couverture de la zone de détresse ;

  • le débarquement des personnes secourues au port de sécurité le plus proche doit être assuré dans tous les cas, sans délai, conformément à la réglementation maritime.

Nous, citoyens européens, ne pouvons accepter une victime supplémentaire en Méditerranée.

SOS MEDITERRANEE appelle à une large mobilisation de la société civile en Europe et en Méditerranée afin qu’elle transmette ce message à ses instances dirigeantes.

Sauver des vies en détresse est un impératif légal et moral. Tant que des êtres humains risqueront leur vie en mer, SOS MEDITERRANEE poursuivra sa mission dans les eaux internationales aux portes de l’Europe pour les secourir, les protéger et témoigner.

◊◊◊

À propos de SOS MEDITERRANEE, association européenne de sauvetage en mer Méditerranée

SOS MEDITERRANEE est une association fondée en 2015 par un groupe de citoyens européens, décidés à agir face à la tragédie des naufrages à répétition en mer Méditerranée.

L’association est apolitique avec un seul impératif : sauver des vies en mer. Grâce à une mobilisation exceptionnelle de la société civile européenne, SOS MEDITERRANEE a affrété un navire de 77 mètres, l’Aquarius, et a débuté les opérations de sauvetage fin février 2016 au large des côtes libyennes, permettant de secourir 11.261 personnes en 2016 et déjà 14.385personnes en 2017, soit 25.646 personnes secourues au total.

Chaque jour en mer coûte 12.000 CHF afin de financer la location du navire, son équipage, le fuel, et l’ensemble des équipements nécessaires pour prendre soin des réfugiés. L’association lance un appel à soutien et à mobilisation auprès de tous les acteurs de la société civile: particuliers, ONG, fondations, mécènes, entreprises et pouvoirs publics, pour lui donner les moyens de poursuivre ses opérations, 98% de son budget en 2016 étant couvert par des dons privés.