Comment vous êtes-vous senti d’être à bord de l’Aquarius, où plus de 29’000 personnes ont été accueillies à la suite d’un sauvetage ?

J’ai été très heureux de visiter l’Aquarius, car il représente le Salut pour des milliers de personnes dont la vie est en danger en Méditerranée.

Ce bateau est un symbole de solidarité et d’humanité au milieu de cette mer, devenue un cimetière pour plus de 30 000 personnes.

C’est l’amour envers mon prochain qui me pousse chaque jour à agir et me motive à sauver ma dignité en tant qu’homme, en tant qu’être humain. Parce qu’il n’y a rien d’humain dans ce qui se passe en Méditerranée. Mon engagement, je le puise dans mon désir de sauver l’humanité en moi.

A votre avis, comment la société civile européenne doit-elle continuer à se mobiliser ?

En défendant les valeurs morales et les droits humains ainsi que la liberté d’être solidaires, en se battant pour la justice ; nous devons informer la société civile, éduquer chacun-e au respect des droits humains, et protéger les personnes les plus vulnérables.

Avez-vous un message à transmettre aux équipes de sauvetage à bord de l’Aquarius ? Ainsi qu’aux équipes travaillant en France, Allemagne, Italie, et Suisse ?

Mon message à tous les volontaires et aux équipes qui travaillent à bord de l’Aquarius : Merci ! Je ressens une profonde gratitude pour votre engagement à sauver des vies, dans un monde habitué aujourd’hui davantage à laisser mourir les gens. Votre action est un message d’espoir. Vous êtes l’autre face de cette région du monde qui met tout en œuvre pour construire des murs et des barbelés contre des personnes non-armées, des personnes vulnérables, des personnes nécessitant protection et sécurité.

Pour elles, vous êtes le premier lieu sûr au milieu de cette mer, les premiers visages et bras ouverts, qui aidant ces hommes et ces femmes, usés par des mois de route et d’abus, à retrouver leur dignité. Par votre travail, vous appliquez plusieurs conventions et lois pour la protection des droits humains. Vous êtes la première réponse, parce que vous protégez les vies de nombreuses femmes et de nombreux enfants. Merci, merci, et encore merci.